Tout d'abord, un petit mea culpa. Non, je n'ai pas parlé du FIFF, que j'ai pourtant vécu à fond. Je sais, j'aurais du y aller de mon commentaire sur chacun des films... bon... un résumé de ce que j'ai vu?

  • Cowboy: je sais que la critique en est très bonne, mais voilà, je n'ai qu'à moitié accroché. C'est sans doute le côté pathétique des personnages qui m'a un chouia déprimée :-) A la Rosetta. J'ai l'impression de ne pas devoir aller au ciné pour voir ça... Cela dit, plus que par Poelvoorde, j'ai été touchée par l'interprétation de François Damiens (alias François l'embrouille).
  • Où est la main de l'homme sans tête: totalement bluffée. Noir à souhait, intrigant et super bien ficelé et avec un casting intéressant. Un régal.
  • Faro, la Reine des eaux: ce film africain est un choc des cultures.
  • Formidable: haaaaaaa. Formidable! Stéphane De Groodt et Serge Larivière (une Kriek?) en grande forme. De quoi sortir de la séance le sourire aux lèvres.
  • J'ai toujours rêvé d'être un gangster: 1 film, 4 parties aussi décalées les unes que les autres... et une brochette d'acteurs bien étranges... Edouard Baer & Anna Mouglalis, Bouli Lanners (vu aussi dans Où est la main de l'homme sans tête) & Serge Larivière (Formidable), Alain Bashung & Arno, Jean Rochefort & ses acolytes... entre parodie et semblant de film culte, il y a de grands moments.

Je crois que j'ai fait le tour :-)

On revient à nos concerts?

Mikaaaaaaaaaa

Sans être fan et encore moins groupie, je dois avouer qu'un petit morceau de Mika de temps en temps fait le plus grand bien. Pourquoi donc ne pas voir ce dont il est capable sur scène? Très bonne ambiance, public conquis d'avance, arrangements scéniques sympas. Mika ira jusqu'à proposer à son public une introduction des chansons en français et en flamand. Dommage que le répertoire soit si restreint...

Tcheky Karyo

Je le croyais acteur, le voilà chanteur.

Invitée par la Maison de la Culture à l'occasion de l'ouverture du Festival du Court-Métrage de la Communauté Française, je ne pouvais refuser de voir un acteur que j'aime beaucoup.

Suite à la diffusion d'un court-métrage racontant ses origines turques, son amour pour Istanbul, l'échappatoire que lui a offert le métier d'acteur, sa passion pour la musique et l'envie de chanter, Tcheky Karyo est monté sur scène pour nous offrir un concert intimiste.
J'aime beaucoup Les éléphants blancs

Mais je le préfère toujours en acteur :-)

A l'agenda:

  • Interpol ce vendredi (New Yoooooork),
  • Aaron lundi prochain et
  • Ozark Henry mardi

Je tenterai les vidéos et photos