Il est 6h30 et, pour changer, je ne dors déjà plus... L'occasion pour moi de vous faire un petit topo différent des autres jours.

En bref, j'ai deux types de cours: 4 heures de théorie le matin et un peu plus de 2 heures de conversation l'après-midi.

Si la matinée est relativement intéressante, il faut avouer qu'elle est très scolaire... Bouquins, vocabulaire et théorie... Certains jours, j'ai drôlement envie de faire l'école buissonnière... C'est un peu un retour aux sources, une impression de revenir en humanités...

L'après-midi est drôlement plus chouette: groupe de discussion. Jusqu'ici, en fonction des semaines et des allées et venues des étudiants, nous avons formé un groupe de 3 à 5 élèves, ce qui nous permet de discuter constamment. Même si je pédale encore dans la choucroute, je suis dans un groupe de dernier niveau pour les conversations (avant-dernier pour la matinée). Je me demande parfois ce que je fous là, mais je fais de mon mieux ;-)

Nous avons la chance d'avoir une jeune prof de 23 ans qui s'intéresse à pas mal de sujets et nous prépare des après-midi tantôt philosophiques, politiques, économiques et des moments de relaxation Taboo ou des sujets moins prise de tête tels que l'astrologie ou les phobies :-) Quelque soit le sujet, nous finissons de toute façon par parler de politique, de vision des E-U et de l'Europe... Allez comprendre. Il faut dire aussi que notre prof est passionnée par l'Europe, y est restée plus d'un an, dans différents pays tels que l'Italie, la France, l'Allemagne, l'Espagne et... la Belgique! Principalement à Liège où elle a gardé de très bons amis.

Ce qu'elle connaît de la Belgique change un peu de ce que les gens que je croise ici et me disent: "J'ai visité la Belgique: Bruges et Anvers" (parfois même Bruxelles!). Certes. Et moi je connais bien les Etats-Unis, j'ai visité New York! Et puis la Pologne, parce que j'ai visité Varsovie, qui, comme toute capitale, est à l'image du pays dans sa globalité... Pfff.

La raison pour laquelle notre prof connaît tant de choses sur l'Europe n'est pas seulement qu'elle y a passé du temps, mais simplement qu'elle s'y intéresse au quotidien parce que, dit-elle, elle se sent plus européenne qu'américaine et aurait aimé naître là-bas plutôt qu'ici. Comme quoi, le rêve américain... et l'herbe est finalement toute aussi verte chez nous ;-)

De mon côté, non, je ne connais pas les Etats-Unis, mais je commence à comprendre la philosophie des New-yorkais. Ils sont généralement assez bosseurs (en tout cas, ils ne lésinent pas sur les heures de boulot), ont, comme tout bon américain qui se respecte, un nombre de jours de congés scandaleusement bas (entre 1 et 2 semaines) et sont assez causant dans la rue (surtout en cas d'orage obligeant tout le monde a se précipiter sous un abri).

Je parle, je parle, mais il est temps que je prenne ma douche et prépare mon petit cartable pour la journée ;-)